Népal

Tableau des températures

 JFMAMJJASOND
Katmandou16°20°25°29°32°30°30°31°29°28°24°19°
Paris12°17°19°23°26°25°21°16°12°

Situation :

le Népal est un pays enclavé d’Asie du Sud, limitrophe à la Chine au nord, et à l’Inde à l’est, au sud et à l’ouest.

Forme du gouvernement :

république fédérale démocratique (depuis le 28 mai 2008), la chef d’État est la Présidente Bidya Devi Bhandari (depuis le 28 octobre 2015)

Capitale :

Katmandou (environ 1,7 million d‘habitants)

Religion :

env. 80% d’hindous, 9% de bouddhistes, 4% de musulmans, 1,4% de chrétiens ; interdiction de prosélytisme

Langue :

le népalais est la langue nationale officielle ; en outre env. 50 langues minoritaires ou dialectes ; l’anglais est compris et parlé quasiment partout.

Climat :

climat de mousson, tempéré au nord par l’altitude. Hiver tempéré (0° à -20°C), précipitations importantes l’été (saison de la mousson de juin à octobre, 25° à 32°C)

Heure locale :

le Népal ne passe pas de l’heure d’été à l’heure d’hiver. Le décalage horaire avec la France est de +3h45 en été, et de +4h45 en hiver.

Electricité :

220 V, 50 Hz ; il est recommandé d’utiliser un adaptateur.

Téléphoner :

l’indicatif pour les appels à longue distance depuis la France vers le Népal est le 00977. Pour téléphoner vers la France, il faut composer l’indicatif 0033. Le 0 de l’indicatif régional est supprimé.

Réglementation d‘entrée pour les ressortissants de nationalité française :

les ressortissants français ont besoin d’un visa pour pouvoir se rendre au Népal. Des visas touristiques à entrées multiples peuvent être obtenus à l’ambassade du Népal à Paris, en ligne (http://www.nepalimmigration.gov.np) ou à l’arrivée à l’aéroport de Katmandou (se munir de deux photographies d’identité). Les durées et tarifs des visas sont les suivants :
15 jours : 30 USD
30 jours : 50 USD
90 jours : 125 USD
Le visa ne peut être apposé que sur un passeport dont la durée de validité est au minimum de six mois.
À l’arrivée au Népal, le visa peut être demandé auprès du Tribhuvan International Airport. Si vous demandez le visa à l’arrivée, vous devrez remplir un formulaire de demande et fournir deux photos d’identité. Plusieurs automates se trouvent dans le hall d’arrivée du Tribhuvan International Airport, et permettent la saisie électronique de la demande de visa ainsi que la prise de photo de passeport. Un visa népalais est valable trois à six mois à partir de la date d’émission pour l’entrée dans le pays. Vous devez avoir un visa en vigueur dans votre passeport pour quitter le Népal. Les voyageurs doivent contrôler immédiatement à la délivrance, si le visa couvre véritablement la période souhaitée. Si votre visa est arrivé à expiration, vous devez demander une prolongation auprès du service de l’immigration avant votre départ. Les étrangers qui séjournent au Népal sans visa valable sont passibles d’une amende de (i) à 50.000 roupies népalaises et / ou (ii) d’expulsion du Népal. Pour l’expulsion, une autorisation du ministère de l’intérieur est nécessaire, ce qui peut constituer un processus fastidieux. Les services de l’immigration peuvent placer l’étranger en garde à vue jusqu’à ce que la décision soit prise par le ministère de l’intérieur. Pour plus d’informations, veuillez-vous adresser à Nepal Immigration.
Il est conseillé aux ressortissants d’autres pays de se renseigner sur les conditions d’entrée au pays auprès de l’ambassade respective. Le cas échéant, il relève de votre propre responsabilité de faire la demande du visa requis et de le présenter au moment voulu.
Nous vous informons que First Voyages France ne peut être tenu responsable en cas de refus d‘embarquement ou d‘entrée sur le territoire en cas de présentation d’un document d‘identité non valide.

Guide :

vos guides sont parfaitement qualifiés et vous feront découvrir de manière détaillée le pays, ses habitants, l’histoire, la culture, etc. Ils vous informeront d’un point de vue organisationnel, et seront toujours à vos côtés pour vous conseiller et vous aider. Ils vous aideront lors de l’attribution des chambres, et se réjouissent de pouvoir vous saluer lors de la première information. A cette occasion, vous aurez des précisions intéressantes et utiles concernant le déroulement du voyage.

Forfaits supplémentaires:

Votre voyage inclut déjà de nombreuses prestations. Si vous le souhaitez, vous aurez la possibilité de réserver des prestations complémentaires :
Forfait « Gastronomie »: ce forfait comprend la demi-pension avec repas du soir, 1× repas du soir avec un Sherpa de l’Everest à Katmandou et 1× repas du soir traditionnel à Katmandou avec un spectacle folklorique : seulement 169€ par personne.
Forfait « Gastronomie »: ce forfait comprend le « safari d’éléphants dans le parc national de Chitawan » tout comme l’entrée au musée international de la montagne à Pokhara et l’excursion journalière « Katmandou, Swayambhunath & Patan (patrimoine mondial de l’UNESCO) » : seulement 149€ par personne.

Monnaie / Banque / Carte de crédit :

l’unité monétaire est la roupie népalaise (NPR). 1 roupie = 2 mohar = 100 paisa. Cours (septembre 2019) : 1 EUR = 124,53 NPR; 100 NPR = 0,007 EUR.
Les heures d’ouverture des banques sont en règle générale les suivantes : dimanche – jeudi 10h00 – 14h30, vendredi 10h00 – 12h00. Les bureaux de change autorisés sont ouverts 12 heures. Le change d’espèces dans la devise du pays est uniquement possible sur place lors d’un voyage au Népal. Il convient de noter que le change se fait dans des points autorisés et que la quittance doit être conservée si l’on souhaite changer ensuite à nouveau la devise du pays.
Dans les villes de Katmandou et de Pokhara il est possible de prélever des espèces auprès de distributeurs de billets. La plupart des distributeurs automatiques acceptent les cartes Visa et Master, les cartes EC par contre ne sont que rarement acceptées. Lors d’un prélèvement auprès d’un distributeur de billets, la banque facture des frais de transaction à l’étranger. Hôtels, restaurants et boutiques haut de gamme acceptent les cartes de crédit, mais principalement dans les grandes villes du Népal. Pour chaque paiement sans espèces effectué avec la carte de crédit, l’institut de carte de crédit habituel facture une taxe d’utilisation de la carte à l’étranger, ce que l’on appelle les frais de transaction à l’étranger. En particulier lors de voyages dans des régions moins peuplées, il est recommandé de se munir de dollars américains ainsi que de roupies.

Formalités douanières :

l’introduction de devises étrangères est permise sans aucune limitation, mais doit être déclarée. L’exportation de montants en devises importants non déclarés à l’arrivée est passible de sanctions. La devise du pays ne doit être ni importée ni exportée. Produits de consommation et consommables ne peuvent être importés que dans certaines quantités. En font partie entre autres 1 appareil photo, 200 cigarettes, 50 cigares ou 250 g de tabac, ainsi que les médicaments à usage personnel pour la durée du séjour (à l’exception de ceux interdits à l’importation, voir Government of Nepal, Department of Drug Administration). Vous trouverez de plus amples informations sur la page du ministère des Affaires étrangères. Les produits fabriqués au Népal (à l’exception de ceux interdits à l’exportation) peuvent être exportés sans autorisation jusqu’au montant en devises étrangères que le touriste a échangé auprès d’une banque ou d’un bureau de change autorisé par l’État.
Vous pouvez également obtenir des informations complémentaires sur le site français : www.douane.gouv.fr.

Conseil de sécurité :

Bandhs : dans le contexte politique actuel, les « Bandhs » (grèves générales en tout genre, même dans la vallée de Katmandou, avec des blocages / barrages routiers) ne se produisent plus que très rarement à court terme ; ils sont parfois également accompagnés de violences. Cela vaut également pour ce que l’on appelle les grèves de transport. Les expériences faites montrent que ces actions de protestations peuvent sensiblement perturber la vie publique. Durant les grèves, les voyages par voie terrestre ne sont pas possibles ou dans des conditions difficiles uniquement. Le trafic aérien n’est en règle général pas affecté par les bandhs, mais éventuellement l’accès et la sortie de l’aéroport. Il est recommandé par principe d’éviter toute manifestation et grand rassemblement de personnes. À Terai tout particulièrement, il faut s’attendre le cas échéant à des confrontations dangereuses lors d’actions de protestation.
Criminalité : dans les régions touristiques en particulier, des vols à la tire ne sont pas exclus. Des viols sont parfois déclarés. Il est de ce fait conseillé aux femmes d’être particulièrement prudentes à la tombée de la nuit et de toujours se déplacer accompagnées. Les organisations criminelles et autres groupuscules tentent de faire chanter des organisations nationales et internationales, des hommes d’affaires et des personnes individuelles et imposent en partie leurs revendications en faisant usage de la force. Même les touristes de trekking sont parfois l’objet de telles « tentatives de chantage ». Un guide local peut réussir à calmer le jeu dans de tels cas. Pour ce qui est des forces de sécurité, il faut savoir qu’une autre conception du droit prévaut en partie au Népal. Il est de ce fait recommandé de se montrer accommodant.
Catastrophes naturelles : le Népal est situé dans une zone sismique active, la région de l’Himalaya en particulier est considérée comme étant fortement exposée aux tremblements de terre. En cas de tremblement de terre grave, il faut partir du fait que les infrastructures médicales et les équipements d’urgence généraux seront surchargés. Durant la saison de la mousson, qui dure de juin à début octobre, des inondations, crues subites et glissements de terrain ont lieu régulièrement dans tout le Népal, dus aux intempéries survenant brusquement et durant bien souvent longtemps, et peuvent également toucher et restreindre les itinéraires principaux. Les voyageurs doivent tenir compte des avis de tempête du Department of Hydrology and Meteorology et faire preuve d’une extrême prudence, en particulier sur les versants et les fleuves.

Dispositions pénales particulières :

si le séjour au Népal est prolongé une fois le visa expiré, des amendes ou même des peines de prison sont alors encourues. La police et la justice du Népal poursuivent les délits de drogue de manière conséquente. En cas d’infraction, de longues peines de prison sont encourues. L’exportation de montants en devises plus importants que ceux déclarés lors de l’entrée sur le territoire peut également entraîner des amendes et peines de prison conséquentes. Les rapports sexuels avec des mineurs sont également interdits et sont punis par une peine de prison, outre une amende non négligeable. Les rapports homosexuels ne sont plus passibles de sanctions au Népal, une certaine prudence quand à des actions susceptibles d’être ressenties comme étant provocantes en public et le respect des coutumes locales sont néanmoins de mise. L’Electronic Transactions Act népalais rend passible de sanction toutes les publications postées sur les médias sociaux et électroniques qui perturbent la paix sociale au Népal ou qui diffament des personnes. Les étrangers encourent l’expulsion et/ou des peines de prison.

Informations de voyage générales :

à cause de problèmes d’alimentation électrique, ce que l’on appelle le « délestage électrique » est pratiqué sur l’ensemble du territoire, même s’il a été en forte récession ces derniers mois. Cela signifie plusieurs heures de coupure de courant touchant le pays entier, en particulier l’industrie. Les touristes doivent avoir en tête qu’il n’est pas toujours possible de recharger les batteries.

Informations d‘ordre médical :

Vaccination : le Ministère des Affaires étrangères recommande de vérifier les vaccinations standard conformément au calendrier vaccinal actuel de l’Institut Pasteur (www.pasteur.fr) dans le cadre d’un voyage et de les compléter au besoin. Parmi celles-ci figurent les vaccinations contre le tétanos, la diphtérie, la coqueluche et la polio, éventuellement la rougeole, les oreillons et la rubéole, ainsi que contre la grippe et les pneumocoques. En cas d’arrivée directe de France, il n’existe aucune disposition particulière en matière de vaccination. Cependant, les vaccinations contre l’hépatite A et le typhus sont recommandées lors de voyages, celles contre l’hépatite B et la rage et l’encéphalite japonaise en cas de séjour prolongé ou d’exposition particulière. Veuillez prendre contact suffisamment tôt avant le voyage avec un médecin spécialisé dans la médecinetropicale et de voyage.
Choléra, diarrhées et troubles intestinaux : au Népal et particulièrement aussi dans la vallée de Katmandou, on enregistre une augmentation des cas de choléra au début de la mousson.
Les diarrhées sont fréquentes dans tout le pays tout au long de l’année. Même dans les villes, l’eau du robinet n’est pas toujours potable. Il est recommandé de ne boire que des boissons en bouteilles ou en boîtes ou de filtrer l’eau, de la désinfecter chimiquement ou de la faire bouillir avant de la boire. Pour laver les fruits et légumes ou pour se laver les dents, il faut également utiliser uniquement de l’eau potable traitée. Il faut renoncer à consommer des produits crus, non cuits et non épluchés. La viande doit également être bien cuite avant d’être mangée. Le risque d’infection pour les maladies telles que les salmonelles, les shigelles et le typhus, les amibes, lambias et helminthiases existe sur tout le territoire. Des mesures d’hygiène d’ordre général comme se laver ou se désinfecter les mains régulièrement après avoir été aux toilettes et avant de manger, et l’éloignement de mouches des denrées alimentaires peuvent réduire le risque d’infection.
Maladies infectieuses : l’encéphalite japonaise est une inflammation du cerveau causée par des virus. Ces derniers sont transmis par des moustiques qui ne s’activent que pendant la nuit. Porcs et oiseaux d’eau principalement sont infectés par le virus, sans être eux-mêmes malades. Les pathologies chez l’homme sont relativement rares, mais ont une évolution souvent grave et laissent des dommages irréparables, ou ont une issue mortelle. Il n’existe aucun médicament efficace contre les virus d’encéphalite japonaise. C’est la raison pour laquelle une protection minutieuse contre les moustiques et si nécessaire une vaccination préventive sont particulièrement importantes. Un risque de transmission de l’encéphalite japonaise existe au Népal dans les régions au sud du pays, des cas sporadiques sont également apparus dans la vallée de Katmandou.
La transmission de la malaria se fait par la piqûre de moustiques hématophages, les anophèles, qui sont actifs la nuit. En l’absence de traitement, la malaria tropica dangereuse en particulier a souvent une issue mortelle chez les européens non immunisés. La maladie peut se déclarer plusieurs semaines après le séjour dans les zones d’endémie. Les symptômes de la malaria (fièvre, frissons, maux de tête et douleurs articulaires, diarrhée, entre autres) sont la plupart du temps non caractéristiques et rien ne les distinguent d’une grippe ou d’une maladie similaire. Si le diagnostic est établi à temps, la malaria tropica peut également être traitée de manière fiable, sans séquelles ni troubles permanents. Mis à part à des altitudes d’env. 2.000 m, il existe au Népal un risque de transmission modéré du paludisme tout au long de l’année, en particulier durant les mois d’été de mai à octobre. Le risque est le plus élevé dans les plaines du sud et baisse lentement vers le nord avec l’altitude. Il s’agit à env. 70% de la malaria tertiana, rarement mortelle, causée par le plasmodium vivax. Dans 30% des cas, il faut cependant s’attendre à une malaria tropica. Il n’existe aucune protection sûre contre la malaria. La prise préventive de médicaments (chimioprophylaxie) n’est pas recommandée et est uniquement à envisager dans des cas exceptionnels. De par le risque existant au Népal d’acheter des médicaments falsifiés, il est vivement recommandé d’emporter un antipaludéen délivré sur ordonnance pour une thérapie d’urgence. En cas de poussée de fièvre après un séjour au Népal, une consultation médicale immédiate est toujours nécessaire en mentionnant le séjour dans une région affectée par le paludisme.
La fièvre de la dengue est transmise par la piqûre de moustiques actifs le jour. Fièvre, maux de tête et douleurs articulaires ainsi qu’une éruption cutanée en caractérisent l’évolution et peuvent souvent être confondus avec les symptômes de la malaria ou d’une grippe. Dans certains cas, des évolutions graves peuvent survenir avec des effets néfastes sur la santé ou une issue mortelle. Il n’existe aucun vaccin et aucun médicament efficace contre les virus de la dengue. La fièvre de la dengue sévit en particulier dans le sud du pays, également dans les régions centrales jusqu’à des altitudes d’env. 2.000 m, pendant et juste après la saison des pluies.
Une protection suffisante contre les moustiques tout au long de la journée ( prophylaxie d’exposition) constitue la protection la plus importante contre une maladie infectieuse transmise par un moustique :
• port de vêtements longs et clairs et imprégnés contre les insectes à l’extérieur
• friction conséquente de toutes les surfaces cutanées avec un répulsif adapté
• utiliser des moustiquaires imprégnées pendant la nuit ou séjour dans des pièces protégées contre les moustiques (moustiquaires, climatisations)
La rage est une maladie infectieuse qui évolue régulièrement de manière mortelle, qui est causée par des virus, transmis par la bave d’animaux infectés ou la salive des personnes (par morsure, léchage de zones de la peau ou gouttelettes de salive sur les muqueuses de la bouche, du nez et des yeux). Sur l’ensemble du territoire, il existe un risque important d’être mordu par des chiens errants et de contracter ainsi la rage. Les singes peuvent également transmettre la rage et ne doivent jamais être nourris. Les mesures médicales nécessaires suite à des morsures d’une personne non vaccinée ne sont pas toujours possibles au Népal. Le vaccin avant une morsure offre une protection fiable contre la maladie. C’est la raison pour laquelle un vaccin préventif contre la rage est particulièrement important pour les voyages au Népal. Il doit absolument être effectué avant le départ en voyage. Le « rappel » immédiat nécessaire après une morsure peut se faire si nécessaire sur place.
La tuberculose est nettement plus fréquente sur l’ensemble du territoire qu’en Europe centrale. La transmission se fait d’homme à homme par l’infection par gouttelettes ou par des contacts étroits. Dû à des traitements inappropriés ou interrompus, les agents pathogènes de la tuberculose sont de plus en plus résistants, même au Népal. Le port d’un masque chirurgical ne protège pas d’une contagion.
Mal des montagnes : le mal des montagnes est un trouble fonctionnel potentiellement très dangereux des poumons et du cerveau causé par une erreur tactique lors de l’adaptation à l’altitude à plus de 2.300 m (due par exemple à une ascension trop rapide et à un effort excessif). Des personnes jeunes, en bonne santé et en pleine forme peuvent être touchées, tout comme celles qui sont déjà venues à bout d’altitudes élevées et d’ascensions rapides sans problèmes par le passé. Il n’est pas rare de voir des décès, parce que les règles de base ne sont pas respectées, les symptômes précoces mal interprétés, et les médicaments pris de manière déraisonnable. Certaines maladies cardiaques et pulmonaires augmentent également le risque de contracter le mal des montagnes.

Assistance médicale :

la prise en charge médicale est insuffisante sur une grande partie du territoire et n’est souvent pas en conformité avec le standard européen. Katmandou ainsi que les attractions touristiques courantes, et les itinéraires de trekking proposent des soins médicaux de base suffisants. À Katmandou, la prise en charge médicale dans chaque domaine de spécialisation est également de haut niveau. En cas de maladie grave, il faut de ce fait envisager le cas échéant une évacuation médicale, par exemple à Katmandou ou en Inde. Une assurance maladie suffisante et valable, y compris une assurance rapatriement est absolument indispensable. Un conseil individuel prodigué par un médecin expérimenté dans la médecine des voyages bien avant le départ est obligatoire. En particulier les personnes souffrant de maladies chroniques et nécessitant un traitement doivent être conscientes du risque pour la santé auquel elles s’exposent lors d’un voyage au Népal. L’approvisionnement en médicaments fiables et une chaîne du froid ininterrompue ne vont pas toujours de soi. Il faut également tenir compte du fait que les petites pharmacies en particulier vendent des produits contrefaits au lieu de véritables médicaments. Les voyageurs doivent emporter en quantité suffisante au Népal les médicaments qu’ils doivent prendre régulièrement et se faire délivrer une attestation en anglais de leur nécessité par un médecin. Dans tout le pays, de nombreuses résistances  urviennent face aux antibiotiques fréquemment utilisés. Une pharmacie de voyage personnalisée doit être emportée suite à un entretien avec un spécialiste de la médecine des voyages.
En cas d’urgence, veuillez-vous adresser à l’ambassade de France à Katmandou (https://np.ambafrance.org).

Le client doit s’assurer de l’adéquation de sa forme physique et psychique au séjour choisi et de l’autonomie physique et psychique qu’il implique.

Les informations contenues dans ces pages sont susceptibles de modification et sont données à titre indicatif. Juillet 2020


retour à Conseils et informations

Agrandissement: